Revenir à tous les blogues

Warning: Use of undefined constant php - assumed 'php' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /nas/content/live/stageline1/wp-content/themes/stline/single.php on line 31

avril 26, 2023

Boston Calling : Une question de travail d’équipe et de collaboration

Une conversation avec Mike Snow, co-fondateur du festival de musique Boston Calling.

Par Marianne Miron

Au milieu de son mois le plus chargé de l’année, la dernière ligne droite avant le festival de musique Boston Calling du 26 au 28 mai, l’événement phare de la ville qui se tient chaque année au Harvard Athletic Complex, le fondateur et directeur des opérations Mike Snow a eu la générosité de répondre à quelques questions.

Alors que le festival connaît un tel succès et qu’il célèbre sa dixième année d’existence, comment tout cela a-t-il commencé ?

À l’origine, nous organisions des concerts gratuits pour une station de radio sur la place de l’hôtel de ville, mais ils devenaient trop chers. Brian Appel, mon associé, et moi-même avons eu l’idée de clôturer la zone et de faire payer 10 dollars et 17 cents pour l’événement, ce qui correspondait à la fréquence de la station de radio. Nous avons proposé cette idée au propriétaire de l’époque, qui a refusé. Nous sommes donc retournés voir la ville et lui avons dit : « Et si Mike et Brian étaient les seuls à louer les installations ? » Le reste fait partie de l’histoire !

Et ce n’est pas rien ! De la City Hall Plaza, qui peut accueillir environ 20 000 personnes, au Harvard Athletic Complex, qui accueille chaque année une programmation tout aussi imposante qu’exceptionnelle , comment expliquer le succès du Boston Calling Music Festival ?

C’est un festival urbain, explique Mike. Vous pouvez prendre le train et arriver à 20h pour voir la tête d’affiche si vous le souhaitez, mais nous voulons bien sûr que vous passiez la journée!

Le Memorial Day symbolisant le début de l’été, le Boston Calling est devenu l’événement qui donne le coup d’envoi de la saison des festivals. À Boston et dans ses environs, les gens semblent avoir intégré le festival dans leur calendrier annuel. Alors qu’ils avaient l’habitude de planifier un voyage et de quitter la ville pendant le week-end du Memorial Day, ils restent aujourd’hui et viennent au festival, explique Mike.

Je pense que c’est une grande réussite et que c’est la véritable marque d’un événement qui fait partie de la culture.

Cette réussite s’accompagne d’une grande responsabilité, celle d’offrir un festival de qualité année après année. Selon Mike, cet objectif ne peut être atteint que grâce à un travail d’équipe et à des partenariats efficaces ; si le festival est un succès, il est un succès pour tout le monde.

Qu’est-ce qui fait un bon partenariat ?

La FLEXIBILITÉ, répond immédiatement Mike. Il n’y a pas deux événements identiques, et on ne peut pas les aborder d’un point de vue rigide.

Mike explique qu’ils travaillent avec Stageline depuis le début et qu’il a toujours été entendu que s’ils ne comprennent pas quelque chose ou s’ils reçoivent un plan de dernière minute qui ne fonctionne pas ou qui nécessite beaucoup de changements, l’équipe prendra le temps nécessaire pour écouter et faire preuve de créativité si nécessaire. Il me donne cet exemple tiré de l’édition 2022, où un malentendu sur une dimension de scène allait avoir un impact majeur sur la production.

L’équipe de Stageline a proposé une solution qui confirme notre extraordinaire relation de partenariat ! Il ne s’agissait pas simplement de dire : voici ce dont vous avez besoin, et voici le coût. Je veux dire qu’ils ont vraiment travaillé sur le projet, Stageline a passé des heures sur mon problème. Et ça, c’est un partenariat!

Donc, avec un festival désormais enraciné dans la communauté, avec de bons partenariats en place, il n’est pas étonnant que les gens aiment travailler pour l’événement. Je demande tout de même à Mike pourquoi il pense que c’est le cas.

Je pense que nous faisons les choses un peu différemment, répond-il. Nous travaillons beaucoup avant le festival, de sorte qu’une fois sur place, nous ne faisons qu’exécuter le plan. Les gens qui travaillent avec nous comprennent qu’on ne résout pas vraiment les problèmes sur place. Nous discutons de tout à l’avance, nous planifions et nous nous préparons minutieusement, de sorte que lorsque nous sommes sur place, l’environnement de travail est beaucoup plus agréable et plus calme.

Le fait d’être sur place constitue les deux semaines les plus agréables de toute mon année, et c’est comme cela que cela devrait être pour tout le monde !

C’est très bien, dis-je, et c’est rare dans ce métier, la partie « calme »… Mais nous savons tous que des problèmes inattendus vont se produire, alors que se passe-t-il dans ces moments-là ?

Eh bien, lorsqu’un vrai problème survient, comme l’annulation d’une tête d’affiche ou quelque chose comme ça, lorsque les gens sont contrariés, se font crier dessus sans raison et travaillent dans un environnement désorganisé, ces problèmes deviennent un cauchemar ! Au contraire, si l’équipe se sent soutenue, si elle sent que vous vous souciez d’elle, alors tout le monde se serre les coudes et se met au travail pour résoudre le problème.

Au fur et à mesure qu’il poursuit, il m’apparaît clairement que Mike et son équipe accordent une grande importance aux personnes qui travaillent avec eux.

Nous savons qu’il faut beaucoup de monde pour effectuer ce travail et qu’aucune personne ne peut se prévaloir seul d’un tour de piste victorieux. C’est beaucoup plus amusant quand c’est toute l’équipe qui réussit, vraiment!

Nous sommes un festival, mais à certains égards, nous fonctionnons comme une entreprise comme toutes les autres, explique-t-il. L’équilibre entre vie privée et vie professionnelle est extrêmement important, de même qu’un nombre d’heures de travail décent, une formation adéquate pour faire face à différentes situations et toutes ces bonnes choses, ajoute-t-il.

 Il faut s’assurer que tout le monde soit bien reposé et bien nourri, et quand les choses difficiles arrivent, ils sont prêts à les affronter.

Et qu’en est-il de la durabilité ?

Nous allons éliminer 90 % du plastique cette année, dit-il, et nous avons une rivière protégée par le gouvernement fédéral à côté de chez nous dont il faut s’occuper ! 

Nous mettons l’accent sur le développement durable et nous le transmettons à nos employés, à nos fournisseurs et à nos vendeurs. Si nous ne constatons pas le même niveau d’attention de leur part, il est probable que nous ne travaillerons plus avec eux.

 

La nouvelle réalité post-pandémique dans la production d’événements en direct

Je sais que je manque de temps, mais il me semble important de l’interroger sur l’évolution de la pandémie. Dans un secteur qui a été si profondément touché, et en tant qu’un des survivants chanceux de la crise, quelle est la nouvelle réalité « post-pandémique » du Boston Calling Music Festival ?

Le plus grand changement dans notre secteur, c’est le personnel, dit-il. Les gens ont changé leur vision de la vie et ont repris un travail normal. L’industrie est revenue en force après tout cela, mais il est très difficile de faire revenir les gens dans le secteur, et ce sera encore le cas pendant un certain temps.

Du côté positif, les gens semblent apprécier davantage chaque moment passé à l’événement, non pas qu’ils ne l’aient pas fait avant, dit-il, mais ils sont simplement heureux que nous soyons encore là!

Bien sûr qu’ils le sont ! C’est un festival qui promeut de grandes valeurs et qui s’attache à faire les choses de la bonne manière, alors nous voulons qu’il existe encore très longtemps ! Tout au long de ma conversation avec Mike, il semble évident que cette équipe sait ce qu’elle fait, mais elle ne prend rien pour acquis, alors j’ose poser une dernière question.

Où aimeriez-vous voir le Boston Calling Music Festival dans 10 ans ?

Eh bien, la prochaine étape serait de devenir un festival que des gens du monde entier viennent voir ! Je veux que le festival figure sur une liste où les gens se disent : « C’est sur ma liste de choses à faire ».

Je pense que c’est sur la bonne voie!

RELATED CATEGORIES